[Tutoriel Google Shopping] Qu’est-ce que c’est, quand l’utiliser et comment va-t-il vous permettre de vendre plus sur votre boutique en ligne ?

Nous avons souvent répété que le principal problème d’une boutique en ligne qui venait d’ouvrir était de générer du trafic.

Nous avons abordé des solutions telles que le SEO, Facebook Ads ou Google Ads, mais il y en a d’autres moins connues qui fonctionnent aussi très bien : Google Shopping.

Si vous ne connaissez pas encore cet outil, que vous avez une boutique en ligne et que vous recherchez un moyen de faire des ventes sur Google, lisez la suite. Nous vous garantissons qu’à la fin de cet article, vous irez vous inscrire sur Google Shopping.

Définition et fonctionnement de Google Shopping

Avez-vous déjà recherché des mots comme « appareils photo », « montres », « canapés » ou « portables » sur Google ? Si oui, vous avez sûrement déjà vu en haut ou à gauche une section différente avec des images de produits.  Auparavant accompagnée du texte « Résultats sur Google Shopping » et maintenant d’un simple « Annonce sponsorisée ».
ejemplo google shopping
De plus, parmi les onglets supérieurs, vous trouverez également un onglet « Shopping » vous permettant de voir toutes les annonces de produits.

Google Shopping est un comparateur de prix efficace.

Mais attention, les résultats qu’il affiche ne sont pas organiques. Pour voir vos produits apparaître, vous devez passer à la caisse.

Voyons cet aspect plus en détails, du point de vue de l’utilisateur (ou de l’acheteur) et du vendeur.

1. Google shopping en tant qu’acheteur

Vous vous dîtes sûrement que les acheteurs ne connaissent pas Google Shopping. Mais les statistiques disent le contraire.

Selon une étude, Google Shopping cumule 76,4 % des dépenses publicitaires du retail sur les moteurs de recherche.

Si les vendeurs investissent autant, c’est que les acheteurs répondent en clics et en conversions.

Google s’en est rendu compte, et la section Shopping Ads a progressivement pris de l’ampleur.

L’entreprise tente de satisfaire les utilisateurs en leur offrant des informations sur le prix du produit recherché dans différents points de vente en ligne.

Google recueille les informations envoyées par les vendeurs (nous verrons ensuite comment) et les affiche aux potentiels acheteurs.

En tant que vendeur et gérant de e-commerce, vous devez connaître cet outil. Si vous avez investi dans Google Ads mais pas dans Google Shopping, vous devriez peut-être revoir votre décision.

Nous allons maintenant voir cet outil du point de vue du vendeur.

Comment fonctionne Google Shopping en tant que vendeur ?

Vous investissez dans Facebook Ads ?

Dans Google Ads ?

Nous avons vu de nombreuses boutiques en ligne investir beaucoup d’argent dans ces plateformes sans même avoir envisagé d’utiliser Google Shopping.

Ces annonces de produits apparaissent tout en haut, avant les résultats organiques et avant la publicité Google Ads.

Les utilisateurs qui effectuent les recherches transactionnelles qui déclenchent ces annonces se laissent guider par la présentation visuelle de Google Shopping. Cette position privilégiée est un véritable aimant à clics dont vous devez tirer parti.

Cet outil fonctionne de manière assez similaire à Google Ads. L’annonceur peut faire remonter ses propres produits et enchérir pour apparaître dans les résultats lorsque quelqu’un recherche les mots-clés qu’il a ciblés dans sa campagne publicitaire.

Par exemple, si vous avez une boutique d’appareils photo, vous pouvez enchérir pour que votre produit se positionne sur les mots-clés « appareils photo » ou « appareils photo Nikon » et même avec des long tails spécifiques comme « appareil photo Nikon D5200 ».

Une fois que vous apparaîtrez dans les résultats, c’est l’utilisateur qui choisira de cliquer ou non sur votre produit et d’aller sur votre boutique.

Important

S’il clique, Google vous facturera un prix dépendant du CPC (coût par clic) et de l’enchère que vous aurez faite pour ce mot-clé dans votre campagne.

Si vous enchérissez trop peu, vous n’apparaîtrez jamais, et si vous enchérissez trop, vous perdrez de l’argent et augmenterez votre coût par lead obtenu.

Différences et similitudes entre Google Ads et Google Shopping

Vous ne savez pas dans lequel investir ? Nous allons vous en dire un peu plus sur le monde du SEM.

Ces deux outils constituent la partie payante des pages de résultats de Google. Les annonceurs payent pour que les utilisateurs voient leurs pages et leurs produits.

La partie organique ou SEO, quant à elle, est composée des résultats affichés pour leur qualité, et ce, sans compensation financière (si vous souhaitez optimiser le SEO de votre boutique en ligne, lisez cet article).

Voici à quoi ressemble une page de résultats (SERP) lors d’une recherche avec intention d’achat.serp google shopping

Les résultats Google Shopping apparaissent en violet et en premier. On y voit :

  • Une image.
  • Une courte description du produit.
  • Un prix actualisé.
  • La boutique qui vend le produit.
  • Plus d’informations grâce aux petites étoiles d’avis.
  • « Par Google » : c’est une longue histoire, qui a commencé devant les tribunaux, mais nous en parlerons plus tard.

En jaune, vous pouvez voir les résultats Google Ads. Ils sont eux aussi payants, cependant, ils ne mettent pas en avant un produit particulier, mais des boutiques où vous pouvez acheter ce produit et des produits similaires.

Enfin, en vert, vous avez les résultats organiques. Fruits d’un bon travail SEO.

Quelle est la meilleure stratégie ?

Un mélange des deux. L’idéal est de toujours analyser et comparer. Si le retour sur investissement est plus intéressant sur une plateforme, c’est sur cette dernière que vous devrez miser.

Google Shopping + Google Ads + analyse du retour sur investissement = SEM réussi

Avantages et inconvénients d’utiliser Google Shopping

Lorsque l’on voit une page de résultats comme celle-ci, on se dit que c’est forcément une bonne opportunité, non ? Nous allons voir si c’est le cas.

Avantages

l possède des avantages indéniables 🙂

  • La visibilité : le fait que les annonces Google Shopping soient montrées en premier à l’utilisateur est un réel avantage. Elles gagnent des clics uniquement grâce à leur emplacement.
  • Les images : ni les résultats Google Ads ni les résultats organiques ne montrent d’images. Celles de Google Shopping, si elles sont bien faites, attirent immédiatement l’attention.
  • Intention d’achat : les recherches transactionnelles ont un taux de conversion plus élevé. Si quelqu’un recherche un produit, c’est qu’il a potentiellement l’intention de l’acheter.

Voyons maintenant les aspects moins positifs.

Inconvénients

  • Vous n’avez aucune garantie d’apparaître : vous pouvez suivre au pied de la lettre les étapes données par Google et ne pas voir vos produits apparaître.
  • La compétitivité : Shopping est un comparateur de prix efficace. Cela implique que vous allez devoir vous battre pour vendre le même produit moins cher. Dans cette lutte sans merci, vous allez vous retrouver face à des géants comme Amazon ou Ebay, pour n’en citer que quelques-uns.
  • Méfiance : les utilisateurs ont tendance à faire plus confiance aux résultats organiques. Finalement, il s’agit d’annonces. Les informations affichées par Google Shopping ne sont donc pas désintéressées.
  • Nécessité d’actualiser : vous transmettez à Google le prix et les informations de vos produits grâce à un spreadsheet que vous devrez mettre à jour à chaque fois que vous modifierez le prix sur votre site. Une tâche de plus à ajouter à la longue liste actuelle.

Et ce n’est pas qu’un inconvénient, c’est une obligation.

Pour participer, votre site doit avoir un certificat SSL. Un élément 100 % indispensable à n’importe quel e-commerce.

Comment introduire vos produits sur Google Shopping

Pour commencer à utiliser Google Shopping, il y a 4 étapes à suivre :

  1. Inscrivez-vous sur Google Merchant : rendez-vous ici et inscrivez votre boutique en ligne pour commencer.
  2. Ajoutez le feed de vos produits : les informations nécessaires pour ajouter un produit sont l’ID, le nom, la description, le lien, l’image, l’état, le prix, la catégorie et la disponibilité du produit. Il est parfois également nécessaire d’ajouter l’ISBN pour les livres, la marque commerciale ou l’identifiant du fabriquant. Vous saisirez et mettrez à jour ces informations sur une feuille de calcul Google que vous téléchargerez sur Google Merchant Center. Mais vous pourrez également passer par des plugins et des extensions. En voici quelques-uns pour WooCommerce, PrestaShop et Magento.
  3. Créez un compte Google Ads : utilisez le compte Gmail associé à Google Analytics ou à Google Search Console, et créez votre compte Ads ici.
  4. Créez une campagne Google Shopping : sur Google Ads, cliquez sur « Campagnes », puis sur « + CAMPAGNE » et enfin sur « Shopping ». Vous devrez saisir les informations de base de la campagne publicitaire (budget, segmentation, emplacement, etc.).

Si vous avez un doute, jetez un coup d’œil à notre guide complet Google Ads pour boutiques en ligne.

Une fois que vous aurez suivi ces 4 étapes, vos produits commenceront à apparaître sur Google Shopping, à condition d’avoir été approuvés par Google Ads.

Mais n’oubliez pas : étant donné qu’il s’agit d’un système d’enchères, vous n’avez aucune certitude que votre produit sera affiché.

8 conseils pour cartonner avec Google Shopping

Comme vous avez pu le constater, faire une campagne Google Shopping est très simple. Mais pour qu’elle fonctionne et qu’elle génère des bénéfices, cela l’est moins. Vous souhaitez découvrir les 8 astuces pour cartonner ? Les voici :

  1. Des images attractives : si vous utilisez des images de mauvaise qualité, personne ne cliquera sur votre produit. Utilisez une image sur fond blanc neutre et qui montre clairement votre produit. C’est votre atout principal, ne la négligez pas.
  2. Enchérir de sorte à apparaître en 2ème ou 3ème position : apparaître en première position dans les résultats Google Shopping coûte cher et n’est pas nécessaire. En général, l’utilisateur ouvre 3-4 résultats dans différents onglets. Donc apparaître en 2ème ou 3ème position vous fera économiser des centaines d’euros sur votre budget Ads. Optimisez vos enchères toutes les semaines pour essayer d’atteindre ces positions.
  3. Travaillez le titre : il doit être court mais à la fois attractif et descriptif. Regardez ce que fait la concurrence et essayez de faire mieux.
  4. Petites étoiles : le produit peut être noté de 1 à 5 étoiles. Google s’appuie sur le marquage Schema avec les évaluations des produits de votre site, les agrégateurs de critiques et les avis des consommateurs. Pour plus d’informations, cliquez ici.
  5. Organisez vos campagnes par tranches horaires : les études révèlent que les achats en ligne se font surtout le matin, du lundi au jeudi. Cependant, l’idéal est de découvrir par vous-même les meilleures heures pour vendre. Créez des campagnes pour différentes tranches horaires et affinez au maximum le CPC pour chacune d’elles.
  6. Privilégiez les meilleurs produits : vous savez parfaitement quels produits vous vendez le mieux sur votre boutique, n’est-ce pas ? Ajoutez-les à votre campagne Google Shopping pour dépenser la majeure partie de votre budget sur ces derniers. Si vous ne le faites pas, vous allez dépenser tout votre argent sur la promotion de produits ayant un faible taux de conversion. La meilleure façon de s’y prendre, c’est d’utiliser des mots-clés négatifs. Cela consiste à dire à Google les mots-clés pour lesquels vous ne souhaitez pas afficher vos annonces.
  7. Utilisez des libellés : une bonne classification de votre stock aidera Google et l’utilisateur. Consultez les informations officielles.
  8. Vérifiez les prix : si vous ne pouvez pas rivaliser avec les autres produits en matière de prix, laissez tomber Google Shopping. Vous obtiendrez très peu de clics et cela ne sera pas rentable, à moins que vous ayez une niche de marché particulière. Si vous décidez de rester, gardez un feed avec des prix actualisés.

Et comme toujours, comme nous l’aurons répété mille fois dans ce blog, mesurez le taux de conversion.

Passons à la suite. L’année dernière, une information un peu polémique concernant Google Shopping est sortie dans la presse.

Voici ce qu’il s’est passé.

La polémique Google Shopping et les comparateurs de prix

Fin des années 2000, les comparateurs de prix sont devenus très à la mode. Lorsque l’on recherchait des produits, Ciao, Twenga, Kelkoo, etc., apparaissaient presque à chaque fois dans les résultats.

Lorsque Google s’en est rendu compte, il a décidé de leur faire de la concurrence. Facile, puisqu’il jouait à domicile.

Vous vous souvenez de Ciao en tête des SERP ? Il appartenait à Microsoft et Google l’avait dans le viseur.

Le premier comparateur de Google s’appelait Froogle. Il a évolué en Google Product Search pour devenir l’actuel Google Shopping.

En un clin d’œil, Google a favorisé son comparateur au détriment de tous les autres.

Les États-Unis n’y ont rien vu d’illégal, mais ce n’est pas passé inaperçu auprès de la Commission européenne qui l’a attaqué pour « abus de position dominante ».

Le procès a duré 8 ans, et ce n’est qu’en 2017 que la sentence est tombée.

Selon la Commission, le fait de placer son comparateur au-dessus pénalisait les autres comparateurs qui jusqu’alors se battaient pour apparaître dans les résultats organiques.

Qu’est-ce qui a changé depuis la sanction de la Commission européenne ?

Durant la négociation, Google avait déjà proposé de « partager » Shopping avec les autres comparateurs, mais en se réservant les deux premières positions, qui rapportaient plus de clics.

Cette proposition n’a pas été acceptée par l’Europe, qui a finalement permis à n’importe quel comparateur de proposer des produits sur Google Shopping.

Vous vous souvenez lorsque l’on vous disait que c’était une longue histoire ? En ouvrant les portes à la concurrence, Google montre de quel comparateur vient le produit.

Vous vous en doutez, la plupart des articles que vous verrez sont accompagnés du fameux « par Google » ou « by Google » dans sa version anglaise.

Résumé et stratégie

Nous avons vu les avantages et les inconvénients, et nous connaissons l’histoire et la polémique. C’est l’heure de prendre des décisions.

Quand est-il conseillé d’investir dans ces annonces ?

Même si chaque secteur et chaque e-commerce est différent, nous avons tenté de résumer à quel moment il était intéressant de faire de la pub sur Google Shopping.

Si vous êtes dans l’une de ces situations, foncez :

  • Votre page convertit bien : si après avoir testé plusieurs sources de trafic, vous constatez que cette fiche produit est une machine à conversion, essayez Google Shopping.
  • Nombreuses recherches transactionnelles : si de nombreuses personnes recherchent un produit dans l’intention claire de l’acheter. Regardez les keywords contenant le mot « prix », « acheter » ou « où acheter ».
  • Prix compétitif : vous avez la capacité de proposer un prix compétitif sur le marché ? N’oubliez pas que vous serez face à des géants qui n’ont aucune difficulté à baisser le prix de certains articles.

Si vous remplissez ces trois conditions, nous vous conseillons d’essayer avec vos meilleurs produits. Vous prendrez de l’expérience, vous optimiserez vos annonces et vous serez prêt pour de nouvelles opportunités.

Vous êtes prêt à bombarder Google Shopping de produits ?

Analysez attentivement tout ce que vous faites sur Google Shopping et améliorez petit à petit votre compte en regardant vos données.

Si vous en faites bon usage, cet outil peut être encore plus efficace que son « grand frère », Google Ads, car les images et les prix attirent beaucoup plus l’attention.

Lancez-vous !