Quels sont les différents types d’e-commerce et lequel convient le mieux à votre projet commercial

C’est décidé, vous allez ouvrir votre boutique en ligne car vous êtes convaincu que c’est une incroyable opportunité d’affaires. Les consommateurs se tournent de plus en plus vers Internet pour faire leurs achats et il reste beaucoup de secteurs qui n’ont pas encore été exploités. 
Jusque-là tout est clair.
Mais…

Quel type de magasin en ligne devrais-je ouvrir ? Existe-t-il un modèle d’e-commerce qui soit plus pertinent qu’un autre ?

Si vous êtes justement en train de vous poser ces questions, alors ce post est fait pour vous. 
Aujourd’hui, nous allons vous expliquer tous les différents types d’e-commerce qui existent et celui qui s’adapte le mieux au commerce que vous comptez ouvrir.
Voyons quelle est la boutique de vos rêves!

Qu’est-ce qu’un e-commerce ou un magasin en ligne exactement ?

Nous allons reprendre la définition que nous vous avions donnée dans ce post et dans lequel nous passions en revue tout ce dont vous deviez tenir compte avant d’ouvrir une boutique en ligne. 

Un e-commerce est un commerce qui gère des encaissements et des paiements via des moyens électroniques, c’est-à-dire en utilisant Internet comme principale plateforme d’échange. 

Donc, vous pouvez dès lors considérer que n’importe quel site Internet sur lequel il est possible d’acheter quelque chose est un e-commerce. 
Et vous aurez effectivement raison. Cela dit, pour de nombreuses personnes, une boutique en ligne va vraiment au-delà de l’idée traditionnelle qui consiste à vendre des produits physiques par Internet. 
Cela est dû au fait qu’il existe beaucoup de modèles différents de commerces électroniques. 
Ce n’est pas la même chose si :

  • Vous vendez à des particuliers.
  • Votre commerce se dirige à d’autres entreprises.
  • Vous vendez via Facebook.
  • Vous avez votre propre app.
  • Vous offrez des produits ou plutôt des services…

Au début, tout cela peut vous sembler assez confus, mais vous verrez que cela n’a rien de compliqué.

Quels sont les différents types de commerces électroniques ? Options et alternatives

Il y a une infinité de types de commerce en ligne; mais, la question est de savoir quel est celui qui correspond le mieux à votre projet.
C’est justement ce que nous aborderons maintenant car nous allons passer en revue tous les modèles pour découvrir les avantages et les inconvénients de chacun d’entre eux.

1. E-commerce selon sa finalité

Dans cette première classification nous allons nous centrer sur le type de vente qui se fait à travers l’e-commerce. Il y a, grosso modo, deux grands groupes :

A. Ventes privées ou collectives

Il s’agit d’un groupe d’utilisateurs qui s’organise pour obtenir des réductions par volume.

L’idée de base est que plus la demande est forte, plus le prix sera bas.  

C’est la philosophie privilégiée par Privalia.
Privalia offre des ventes journalières de grandes marques avec d’énormes rabais et en exclusivité pour ses clients (approximativement, 28 millions dans le monde entier).

B. Enchères

Ce type d’e-commerce est un héritier direct des traditionnelles salles d’enchères. Peu à peu, il réussit à se faire une place sur Internet.
En plus d’eBay, l’exemple classique, il y a Catawiki, une maison d’enchères internationale en ligne qui publie chaque semaine des articles assez étonnants et singuliers.

2. E-commerce selon l’objet de vente

Nous allons nous pencher maintenant sur ce qui se vend dans le magasin. Nous avons deux options (elles-mêmes contenant plusieurs variantes) :

A. Les produits physiques

Il s’agit des produits que vous pouvez prendre avec vos mains.
Cette option comprend une alternative très intéressante: le dropshipping.
Le dropshipping consiste à vendre les produits d’un fournisseur. Pendant que vous vous chargez de toute la partie commerciale, le fournisseur s’occupe de la gestion du stock et de l’envoi.
Ce modèle de commerce vous intéresse? Entrez ici pour savoir comment trouver des fournisseurs.

B. Les produits digitaux

Un produit digital est un fichier. Il peut s’agir de:

  • PDF.
  • Un patron.
  • Une chanson ou un son.
  • Un plugin ou tout outil digital (non SaaS).
  • Une photographie.
  • Etc.

Le grand avantage de ces derniers par rapport aux produits physiques est qu’il suffit d’en réaliser un, pour ensuite les reproduire en grand nombre. Les coûts de fabrication et de distribution sont très limités, si on les compare à ceux des produits physiques.

C. Services

Ici, nous passons à l’étape supérieure car il ne s’agit plus de vendre un produit, mais un travail. Par Services, nous entendons:

  • Cours de formation.
  • Mentoring.
  • Services-conseils.
  • Services professionnels…
  • Etc.

Si vous avez l’intention d’ouvrir un commerce de ce genre, nous vous conseillons fortement de vous mettre au marketing d’affiliation.
Vous pourriez ainsi offrir les services de tiers en échange d’une commission pour chaque vente, ou bien payer une commission pour chaque client qui vous arrive grâce à l’affilié.  

3. E-commerce selon la plateforme qui héberge votre commerce

Cette classification se centre sur le canal à travers lequel se réalise la vente finale. Nous avons ainsi :

A. Le site web

C’est-à-dire le magasin en ligne sur un site web.  Il s’agit, en effet, de la première possibilité qui nous vient à l’esprit lorsque l’on parle de commerce électronique.
Nous pouvons cependant distinguer :

  • Les commerces vendant exclusivement en ligne.
  • Les entreprises ayant créé leur canal online à partir de leur commerce offline (comme Inditex avec ses magasins Zara ou Bershka).

Cela dit, il y a d’autres options, et c’est ce nous verrons tout de suite. 

B. Social E-commerce

Avec ce nom, il est assez facile de l’identifier. 🙂
Il s’agit de commerces électroniques qui reposent sur un réseau social comme Facebook, Twitter ou YouTube. 
Il s’agit, habituellement, d’un canal complémentaire de vente, bien que de nombreux entrepreneurs préfèrent  d’abord tester leurs produits sur Facebook, et décident ensuite de se lancer dans la création de leur boutique « normale » en ligne. 
Posts recommandés
9 astuces pour vendre plus sur les réseaux sociaux
Comment gagner des abonnés sur Facebook

C. Mobile e-commerce

Si vous allez ouvrir un commerce en ligne, celui-ci doit IMPÉRATIVEMENT être adapté à tous les types d’écrans. Le responsive n’est plus un choix facultatif, c’est une obligation. 
Il y a de plus en plus de personnes qui font leurs achats à partir d’un téléphone mobile et la tendance est vraiment à la hausse. Il existe aussi la possibilité d’acheter via les apps.

4. E-commerce adapté à votre projet

Le choix du CMS est l’un des sujets qui soulève le plus de doutes. Le choix final dépend entièrement de votre projet.

A. Open Source

Programmes de code ouvert qui permettent de créer votre boutique d’une manière beaucoup plus simple (bien qu’il y ait aussi plusieurs niveaux).

  • WooCommerce (de WordPress): le plus simple, mais qui offre aussi le moins de choix. Ce programme vous conviendra si vous n’allez vendre que très peu de produits.
  • PrestaShop: ce CMS vous permet de créer un magasin en ligne beaucoup plus puissant, mais c’est aussi un programme qui s’avère plus complexe. Si vous avez beaucoup de produits, nous vous conseillons de commencer avec PrestaShop.
  • Magento: l’option la plus complexe. Ce programme est très puissant, mais il requiert des connaissances en programmation (cela implique aussi plus d’argent).

Si vous avez l’intention de créer votre e-commerce avec WordPress, voici un guide pour créer votre e-commerce avec WordPress étape par étape.

B. Software as a Service (SaaS)

Il s’agit d’un type d’e-commerce sur le cloud.
C’est-à-dire qu’au lieu d’héberger votre boutique sur une plateforme Open Source, vous pouvez opter pour un fournisseur de SaaS. Il s’agit d’un logiciel qui vous permet d’avoir votre magasin sans rien avoir à installer…C’est le fournisseur qui s’en chargera !
Si vous voulez essayer ce type d’ e-commerce, découvrez Shopify.

C. Important

Si vous ne savez pas encore quel CMS choisir, ce post vous sera très utile.

5. E-commerce selon le destinataire

S’il y a bien quelque chose d’indispensable pour vendre c’est …d’avoir un acheteur.  🙂
Chaque commerce se dirige à un client (et si vous ne savez pas encore parfaitement les caractéristiques de vos clients, dépêchez-vous de définir votre buyer persona : voici comment vous y prendre).
Donc, selon le public que vous ciblez, votre commerce peut être :

A. B2B (Business-to-Business)

Se trata de empresas cuyos clientes finales son otras empresas u organizaciones.
Por ejemplo, puede ser una tienda online de telas que sea a su vez proveedor de un e-commerce de prendas de vestir a medida.

B. B2C (Business-to-Consumer)

Ce sont des entreprises qui vendent aux particuliers ; ces derniers étant les consommateurs finaux du produit ou du service.
Une fois de plus, c’est l’exemple typique du commerce électronique. Ici, vous disposez d’un grand catalogue d’exemples. 😉

C. C2B (Consumer-to-Business)

La plupart du temps, ce sont des portails sur lesquels des particuliers publient un produit ou un service pour les vendre aux entreprises.
Les exemples les plus classiques sont les portails emplois freelance tels que Freelancer ou Twago, sur lesquels des personnes présentent leurs candidatures dans le but d’être sélectionnées par des entreprises étant à la recherche de personnel.

D. C2C (Consumer-to-Consumer)

Il s’agit de plateformes qui rendent l’achat-vente entre consommateurs finaux plus facile, tout comme eBay ou tout autre portail de vente de biens d’occasion.
Un autre exemple qui a eu un grand succès dans cette catégorie est BlaBlaCar.

E. C2B: Consumer to Business

La principale caractéristique de ce modèle est la suivante : le client détermine les conditions de vente qui répondent à son besoin d’achat. 
Cela est très habituel dans le secteur du tourisme. 
Le consommateur indique où il souhaite se rendre et combien il est disposé à payer pour le vol et le logement et les entreprises le contactent pour lui faire une offre.

Vous savez maintenant quel type de commerce vous avez (ou bien que vous allez avoir)? 

Vous avez certainement maintenant un million d’idées dans votre tête, mais tout est encore assez flou. 
Ne vous en faites car c’est normal.
C’est la raison pour laquelle, avant de vous mettre au travail, vous devriez essayer d’en savoir plus sur le marché ou le secteur que vous ciblez. Et, nous vous conseillons aussi de réaliser une petite étude des entreprises qui y sont déjà présentes.

  • Que vendent-elles? Qu’est-ce qu’elles ne vendent pas?
  • Quels sont les canaux de vente qu’elles utilisent?
  • Quels sont leurs prix?
  • Les fournisseurs.
  • Les systèmes d’expédition des colis.
  • Etc.

Tout cela vous aidera à mieux comprendre votre commerce et les potentiels problèmes que vous pourrez rencontrer sur votre route. 
Lee también este post. 
Il vous sera très utile, soyez-en sûr 😉